relation homme et femme (hors mariage)

 

relation homme et femme (hors mariage)

 

1. Tout homme (ou femme) avec qui le mariage est permis est considéré(e) comme un(e) étranger(e). Le terme islamique employé pour désigner une telle personne est celui de "non-mahram".
 

2. L’homme peut-il porter le regard sur une femme étrangère ? Cette question divise les savants musulmans. Selon l'école malékite, un homme n'a pas le droit de porter le regard sur une femme étrangère, excepté son visage et ses mains. Il peut donc regarder le visage et les mains d’une femme à condition qu'il ne risque pas d'être tenté par ce regard, et à condition qu’il ne porte pas ce regard pour y prendre du plaisir.
A l’origine, l’opinion des savants hanafites était très proche de celle des malékites, mais par la suite, les savants ont modifié quelque peu leur " fatwa ", et ont écrit qu’il est déconseillé (" Makrouh ") de porter le regard sur le visage d’une jeune femme sans nécessité, même si on ne regarde pas cette femme par plaisir.
Selon les shafeites et les hambalites, il n’est pas permis de regarder le visage d’une femme étrangère, même si on se sent à l’abri de toute tentation, sauf en cas de nécessité.
Il est ainsi autorisé à un juge ou un témoin de regarder une femme étrangère lors d’un procès, même s’ils ne se sentent pas à l’abri de la tentation, car cela est considéré comme un " cas de nécessité ". De même, lors de transactions commerciales et au cours d’une visite médicale, l’homme a le droit de regarder le visage d’une femme étrangère. Autre cas de nécessité reconnu : celui de l’homme qui regarde une femme qu’il désire épouser, si cela peut l’aider à prendre sa décision définitive. Dans ce cas précis, selon l’école hambalite, l’homme pourra regarder les parties du corps suivantes : le visage, les mains, le cou et les pieds. Selon les trois autres écoles, l’homme ne pourra regarder que le visage.
 

3. La femme peut-elle regarder un homme étranger ? Il y a aussi des divergences sur ce point : Selon l’école hanafite : une femme peut regarder le corps d’un homme étranger, exceptée la partie située entre le nombril et les genoux, à condition qu’elle soit certaine d’être à l’abri de la tentation, et qu’elle ne regarde pas par plaisir.
Cette opinion est aussi celle des shafeites et des hambalites.
Les malékites pour leur part n’autorise à la femme de regarder que le visage, les mains et les pieds d’un homme étranger, à condition là encore qu’il n’y ait pas tentation ou plaisir.
Par ailleurs, la femme a le droit de regarder l’homme avec qui elle a l’intention de se marier.
 

4. Le contact physique : Les savants sont pratiquement unanimes à affirmer qu’un homme n’a pas le droit de toucher une femme étrangère sauf en cas de nécessité. De même, une femme n’a pas le droit de toucher un homme étranger.
 

5. En ce qui concerne la parole. Il est permis à un homme et à une femme de dialoguer lorsque le besoin se présente (lors de transactions commerciales par exemple…) La seule condition pour la femme est de parler d’une voix sérieuse, et non pas sur un ton mielleux, mélodieux et séducteur, qui pourrait attirer le convoitise des hommes de mauvaise foi.
 

6. Pour ce qui est de la rencontre : Il faut savoir que l’Islam interdit à un homme et à une femme étrangère de se retrouver seuls, sans la présence d’un Mahram (personne avec qui le mariage est pour toujours interdit). Le Prophète S.A.W. disait en ce sens: " Aucun homme ne se retrouve seul avec une femme (étrangère) sans que la troisième personne avec eux ne soit Satan. " Ce qui laisse comprendre que dans une telle situation, le risque de tomber dans le péché est très grand.
 
A partir de ces différents éléments, nous allons, Incha Allah essayer de répondre à chacune des questions :

  • Tout d’abord, il est effectivement permis à une femme de discuter avec un homme en cas de besoin. Donc, si cette discussion est motivée par une bonne intention, sans arrière pensée, pour un éventuel mariage par exemple, elle sera permise, avec quelques petites conditions : - Cette rencontre ne doit pas se faire sans la présence d’un Mahram. – la femme doit garder un ton sérieux – les sujets abordés ne doivent pas être des sujets réprouvés par l’Islam. Il faut bien comprendre que ces règles n’expriment pas une forme de discrimination à l’égard de la femme. Elles constituent plutôt un aveu de la faiblesse naturelle des hommes, facilement tentés par les femmes. L’Islam a donc prohibé tout ce qui pourrait réveiller cette tentation.

 

  • Le " flirt ", aujourd’hui très courant entre les jeunes garçons et filles est interdit en Islam, et ce pour plusieurs raisons : dans ce genre de rencontres, où un homme et une femme étrangère se retrouvent en tête à tête (ce qui en soi même est interdit), il y a d’abord des regards pleins de désir qui sont échangés, mais il y a aussi des contacts physiques (caresses etc…) qui ont lieu, alors que nous l’avons déjà vu plus haut, tout cela est strictement interdit en Islam entre un homme et une femme étrangère. Ces pratiques sont interdites pour tout musulman ou musulmane, qu’il ou elle soit pratiquant(e) des obligations islamiques ou non.

 

  • Vous avez effectivement raison en affirmant qu’une femme ne peut rencontrer un homme étranger (avec qui elle peut se marier) qu’en présence d’un Mahram. Nous avons déjà cité plus haut le Hadith interdisant à un homme et une femme étrangère de se rencontrer seuls. Dans un autre Hadith, le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) dit : "Qu’aucun homme ne rencontre une femme seule, sauf si elle se trouve en présence d’un Mahram. " (Rapporté par Mouslim.) Il n’existe aucune divergences entre les savants à ce sujet, bien que dans certains cas de nécessité, la rencontre avec une femme seule est permise.

 

  • Une dernière chose : certains avancent comme argument pour " autoriser " le flirt, que cela est un moyen pour un garçon et une fille de mieux se connaître, afin qu’ils puissent évaluer leurs affinités et voir " s’ils sont fait l’un pour l’autre ", et ainsi plus tard se marier. A cela, je voudrai juste répondre qu’il faut être réaliste : pendant toute la période du " flirt " on essaie de montrer le meilleur de soi-même et on dissimule ses défauts (de caractère ou autres…) Comment prétendre alors que ce genre de "flirt " constitue une bonne " évaluation " de ce que sera la vie commune (si jamais le "flirt " permet d’y arriver, ce qui est rarement le cas…)

 
Question: Est-il interdit dans l'Islam, de faire la bise à une non-musulmane, à une musulmane (amies, cousines, familles...) ?
Réponse: Avant de répondre à cette question, je voudrai juste rappeler certaines choses:

 

  1. L'Islam interdit la promiscuité.
  2. Le Texte coranique n'interdit pas seulement l'adultère, mais aussi ses prémices. Le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) nous a appris que le fait de regarder des regarder des femmes qui nous sont illicites ou d'avoir un contact physique avec elles (sans nécessité) est aussi une forme d'adultère.
  3. L'Islam considère toute femme avec qui le mariage est permis comme une femme étrangère. Les cousines et amies restent donc aux yeux de l'Islam des étrangères.
  4. Il n'est pas permis d'avoir de contact physique volontaire avec une femme, sauf en cas de nécessité.

 
A partir de ces éléments, il apparaît clairement qu'un homme n'a pas le droit de faire la bise à une femme étrangère (musulmane ou non-musulmane). Dans certains cas, cela peut même être considéré comme une forme de "Zina" (fornication).

Wa Allâhou A'lam !

Dieu est Plus Savant !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×